Florence/Rome 2015

Jeudi 29 janvier

Il faut savoir rentrer, même si nous étions nombreux à espérer que le séjour puisse se prolonger encore un peu. Les valises faites, nous avons pu gagner le centre de Rome pour finir notre circuit de visite. Nous avons commencé par la place d’Espagne. Las ! L’église de la Trinité des Monts qui la domine était en restauration et recouverte d’une immense publicité pour une marque de bijoux italiens. La mise en scène baroque de la scalinata y a perdu, mais le souvenir d’Audrey Hepburn dans Vacances romaines n’en a pas pour autant été effacé !L’intérieur de l’église San Ignazio

Deuxième déception, la fontaine de Trévi est aussi couverte d’échafaudages. Cette fois, personne n’a eu de velléité de se transformer en Anita Eckberg pour aller attendre son Marcello dans le bassin. Pas moyen non plus de jeter la pièce traditionnelle, seuls quelques superstitieux invétérés n’ont pu s’empêcher de lancer leur pièce en tournant le dos à la fontaine. Espérons que même recouverte, nous puissions tous retourner à Rome un jour !

Notre groupe devant l’elefantino du Bernin, piazza della MinervaNotre groupe s’est ensuite dirigé vers l’église San Ignazio. Sise sur une petite place en forme de théâtre, le bâtiment est connu pour les merveilleux trompe-l’œil du père Pozzo. L’émerveillement était au rendez-vous surtout devant celui de la coupole. Puis nous avons gagné le Panthéon. Beaucoup l’avait déjà vu mardi soir mais nous avons pu en faire une visite plus approfondie. La voûte antique et son oculus ont retenu l’attention de nos visiteurs de même que la tombe de Raphaël.

Enfin, il nous fallait finir notre achever notre séjour par les ultimes Michel-Ange facilement accessible. Dans l’église de la Minerve, on trouve une statue du Christ rédempteur. Alors que nous contemplions cette très belle œuvre, l’organiste a commencé à jouer une toccata de Bach. L’effet était saisissant et la musique s’accordait parfaitement à la puissance qui se dégageait de la statue. Nous avons quitté la Minerve quand ce concert impromptu s’est tu pour aller voir le palais Farnèse. Commencé par Antonio da Sangallo le Jeune pour le cardinal Alexandre Farnèse, la résidence est achevée par Michel-Ange pour le même, devenu le pape Paul III. L’architecte florentin a su créer une dynamique verticale très prononcée par l’adjonction de la loggia au centre du piano nobile. La corniche, très imposante, semble étendre sa protection sur le quartier voisin. Aujourd’hui siège de l’ambassade de France et de l’École française de Rome, cet extraordinaire palais est loué par notre pays pour un euro symbolique.Le palais Farnèse, dernière œuvre de Michel-Ange de notre séjour

L’heure du repas arrivait et nous nous sommes séparés place Navone après avoir rendu visite à Pasquino, une des célèbres statues parlantes de Rome. La place était presque vide ce qui nous a permis de goûter pleinement la beauté des fontaines du Bernin et de l’église Sant’ Agnese in Agona de Borromini. L’après-midi a été pour nos élèves l’occasion de visiter la ville par eux-mêmes de faire leurs dernières courses pour trouver un souvenir, manger une ultime glace ou essayer une spécialité romaine (la pizza bianca farcie pour quelques-uns m’a-t-on dit…) En montant dans le bus pour gagner l’aéroport, une pluie glaciale battait la ville. La preuve que Rome regrettait aussi notre départ ?

Aujourd’hui, nous sommes tous rentrés dans nos foyers. Les organisateurs du voyage tiennent à remercier tous les participants pour leur gentillesse, leur bonne humeur permanente et espèrent qu’ils garderont de ces quelques jours passés ensemble le meilleur souvenir possible et qu’ils reviendront vite dans ces deux magnifiques cités.

Vendredi24MaiSemaine 21 | DonatienSDernier quartier